Statistiques
 

Statistiques

http://www.cardionics.be/images/ECG_medocs.jpg

L'étude suivante a été réalisée par la "John Hopkins University School of Medecine, Department of Emergency Medecine, Baltimore, Maryland, USA"


Les compétitions de MMA ont été introduits aux USA avec le 1er UFC en 1993. En 2001, le Nevada et le New-Jersey sanctionnent des événements de MMA après exigence d'une série de changements de règles.

Le but de cette étude est de déterminer l'incidence des blessures des combattants professionnels de MMA.

Les événements MMA professionnel qui ont eu lieu entre septembre 2001 et décembre 2004 dans l'état du Nevada ont été obtenues grâce à la commission sportive du Nevada. Les données médicales et résultats des événements ont été analysées et basé sur une conception spécifique. Des outils informatiques conditionnels et sans conditions de régression ont été employés pour évaluer les facteurs de risque pour les blessures.

Un total de 171 matchs impliquant 220 combattants différents pendant la période d'étude. Un total de 96 blessures sur 78 combattants. Sur les 171 matchs, 69 (40.3%) se sont fini avec au moins 1 combattant blessé.

Le taux global de blessures était 28.6 pour 100 participations de combat ou 12.5 blessures pour 100 rounds. Les coupures faciales étaient les blessures les plus communes soit 47.9% , suit les blessures aux mains (13.5%), du nez (10.4%), de l’oeil (8.3%). Avec les catégories de poids et les résultats de match, les plus agés ont un plus grand risque de blessures. La conclusion la plus commune à un combat de MMA était TKO suivi de "tape-out".

Le taux de blessure en MMA est équivalent aux autres sports de combat impliquant la frappe. Les taux inférieurs de ko en MMA comparé à la boxe peuvent aider à empêcher des dommages au cerveau.

 
Tableau : Fréquences et taux de blessures en MMA pour les combattants professionnels, septembre 2001 jusqu'à décembre 2004 au Nevada.

 

Blessure corporelle

Nombre

%

Blessures pour 100 combattants

Coupures faciales

46

47.9

13.45

Yeux

8

8.3

2.34

Oreille

1

1

0.29

Nez

10

10.4

2.92

Bouche

0

0

0

Mâchoire

1

1

0.29

Cou

1

1

0.29

Epaule

5

5.2

1.46

Bras

1

1

0.29

Coude

2

2.1

0.58

Main

13

13.5

3.8

Torse

0

0

0

Abdomen

0

0

0

Dos

2

2.1

0.58

Genou

3

3.1

0.88

Cheville

2

2.1

0.58

Pied

1

1

0.29

 

 
L’argument principal qui empêche l’évolution du MMA en France est la violence que ce sport dégage. Bien entendu le MMA est violent mais comme tout sport de combat cette violence est sportive : elle doit être maîtrisée par des arbitres, des médecins sur des sportifs accomplis, experts en Art Martiaux et préparés pour ce type de combats.

En France, il doit avoir une fédération pour former ces médecins, juges, arbitres et moniteurs pour encadrer les entraînements et reconnaître les pratiquants.

Contrairement à l’image, ces statistiques prouvent que le MMA est moins dangereux pour la santé que la Boxe Anglaise pour la comparaison faite par des spécialistes. Mais également moins dangereux que le Judo, le Football etc…

Comment l’expliquer ?

La Boxe Anglaise n’est accès que sur la percussion avec les poings. Les endroits de frappes sont essentiellement la tête et le tronc. L’objectif est d’enchaîner, marquer des points… tout corps à corps est séparé, le rythme reste toujours intense. De plus, frapper avec de larges gants permet de ne pas se blesser aux mains lors des impacts, les coups sont lâchés. Les blessures les plus graves sont liés au cerveau dues aux multiples coups encaissés et aux Knock-down (KD) (après un choc violent à la tête, il est dangereux de récupérer quelques secondes et repartir au combat). On est aux alentours de 30 coups par minute.

En MMA, le boxeur a l'appréhension, il doit gérer d’autres distances et savoir se défendre au sol. Il va chercher uniquement les coups efficaces, ce qui réduit le nombre de coups à 5 par minute.

Il n’y a pas de KD, le MMA prime l’essence des Arts Martiaux, après un choc violent, on passe à la finalisation, 3-4 coups supplémentaires ou soumissions permettant à l’arbitre/combattant/homme de coin de stopper le combat. Le cerveau peut se reposer.

De plus, certaines phases de corps à corps ou de sol permettent une récupération.

De cette étude, on conclue qu’au plus la panoplie technique est large, au moins le sport de combat est dangereux. Si cette adaptation diminue considérablement le nombre de coups à la minute, elle diminue le nombre de projections comparé au Judo/Lutte et le nombre de soumissions par rapport au Grappling.

C'est ce qui explique qu'il n'y pas de mort en MMA au cours d'évenement officiel depuis 14 ans.


Source :
http://mixed-martial-arts.wifeo.com

 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=