Interview Cheick Kongo, Décembre 2007
 

Cheick Kongo defeat Cro Cop

CHEICK KONGO

« CROPOP, C’ÉTAIT VRAIMENT L’HOMME À BATTRE »

APRÈS SA VICTOIRE DEVANT DES MILLIONS DE TÉLÉSPECTATEURS SUR MIRKO CROCOP, L'UNE DES STARS DU MMA, CHEICK CONTINUE SA ROUTE POUR
DÉCROCHER LA CEINTURE DE L'UFC.

 


Présentations ?
Cheick Kongo, combattant de l'UFC et voilà quoi ! (Rires)
On te reconnaît dans les rues de Paris ?
Franchement, je ne sais pas si on me reconnaît. C'est clair
que je suscite l'intérêt ou que les gens se disent : « J'ai déjà
vu ce visage quelque part… » Après, le Cheick Kongo qu'ils
connaissent est plus balaise.
Tu évolues à l'étranger…
C'est par période, je passe la moitié de mon temps entre la
France et les Etats-Unis.
Quelles sont tes activités quand tu es là bas ?
Je travaille mon image, les petits business que j'ai.
Tu te souviens de la première fois que l'on t'a
reconnu aux Etats-Unis ?
Oui, c'était à l'aéroport. Les douaniers. Ils sont arrivés en
s'exclamant : « Cheick Kongo, Cheick Kongo ! » Ils ont
commencé à faire des photos. Ils ont laissé leur poste et
fermé les contrôles. Je me suis retrouvé avec une équipe
de 20 personnes, si ce n'est plus. On te veut comme
champion, c'est vrai que c'était fort. C'est une autre dimension
là-bas. A partir du moment où on est sportif, on a un
droit de regard phénoménal. Quand le travail est bien fait,
on a tous les sympathisants à notre cause.
Comment fais-tu pour ne pas choper le melon ?
Ce n'est pas dans ma nature, la preuve je donne cette
interview dans un gros camion blanc (rires). Quand j'aurai
fini ma carrière, qu'est-ce que je garderai de tout ça ? Que
des souvenirs, donc je n'ai pas besoin de m'emporter car
c'est éphémère, et je ne veux pas me prendre pour une
méga star. Pour ma famille et mes proches j'en suis une
depuis mon enfance et c'est l'essentiel. Je pense que tous
les champions qui croient en leurs compétences n'ont pas
besoin de le prouver par des attitudes hautaines. Si j'ai la
grosse tête ou que je suis prétentieux, c'est juste avant de
monter sur le ring, pour me motiver.
Tu as battu Crocop en septembre dernier, tu
peux nous présenter le personnage ?
C'est la tête d'affiche du Pride, et du K1 à l'époque où il
officiait là-bas. Après il a été appelé dans les règles du freefight,
dans lequel il a brillé avec de très belles performances.
Crocop, c'était vraiment l'homme à abattre. En
plus de ça, il revenait d'une défaite, il était classé numéro 2
mondial parmi les poids lourds avant celle-ci.
Du coup, cette victoire sur lui, ça t'a classé
dans quel rang ?
Je suis dans le top 10. Il y a Fedor avec qui il faut également
compter. Je ne suis pas les classements, je ne suis
pas le buzz, j'essaye de faire mon travail.
Avant de l'affronter, tu as regardé ses vidéos …
Non mais on me disait de faire attention à sa jambe
gauche, au sol. Mais honnêtement, pour moi c'était un
combat comme un autre. J'avais des partenaires en boxe
thaï avec qui je m'étais bien préparé, donc même si précédemment j'avais fauté, c'était dû à des lacunes plus techniques que physiques. C'était quelqu'un qui était largement
prenable. Aujourd'hui, mon but c'est d'arriver au top et de
faire ce que j'ai à faire.
Lors du combat contre Crocop on te voit hésitant
au départ ?
Non, le truc c'est que je ne savais pas à qui j'avais à faire.
Maintenant Crocop reste Crocop et il est dangereux, les
gens l'ont tellement crié dans mes oreilles… S'il est arrivé
où il en est, ce n'est pas pour rien. Etant donné que j'avais
des blessures, une épaule déboîtée et une luxure quelques
temps avant le combat, il fallait que je gère. Il fallait que je
fasse un premier round d'observation. Après, s'il avait fallu
accélérer, je l'aurais fait. Mais étant donné que c'est quelqu'un
qui travaille beaucoup en contre, je n'avais pas envie
de me prendre une droite en riposte.
Ses coups qui t'ont fait le plus mal ?
Aucun.
A un moment il tapait dans tes flancs, il te faisait
mal quand même ?
Non, honnêtement je pensais qu'il frappait fort. Mais je me
suis rendu compte que même Grégory (ndlr : Choplin) frappe
plus fort que lui.
Tu es sérieux …
Sans prétention, genre j'ai battu Crocop etc. Il frappe moins
fort que Greg. Même à l'entraînement, j'ai eu pire face à
des partenaires plus légers que moi, qui frappaient plus fort
que lui.
Quelles sont ses phases les plus dangereuses ?
Je pense qu'il est dangereux quand il monte sur toi. C'est
vrai que j'avais mal aux épaules et je ne pouvais pas passer
les bras pour lui faire une éjection sauvage.
Techniquement, ce n'était pas possible, j'avais trop mal.
Tu lui as fait mal quand tu l'as tapé au sol…
Je n'ai pas voulu donner trop de puissance, j'avais peur
qu'il me contre avec sa jambe. Du coup, je me suis retrouvé
dans la position de l'arroseur « arrosé ».
Au lendemain de ta victoire sur Crocop, tu gardais
la tête froide, ce côté humble, c'est pour
vendre ou c'est ton attitude au quotidien ?
C'est mon quotidien. Là c'est bientôt les fêtes de Noël et je
vais solliciter mes camarades afin de participer aux opéra-
tions pour les plus nécessiteux. Je ne suis pas là pour quémander ou me donner une bonne image. Pour pouvoir
avancer en tout bien tout honneur, l'important est d'être là
pour son prochain. Comme toute personne, j'ai mes coups
de gueule, si je dois jouer la caille-ra, je jouerai la caille-ra,
si je dois être respectable, je le serai. Je suis un être
humain.
En couverture on voit deux athlètes, on pense
sport de combat et violence…

Il n'y a qu'à voir nos visages, pour des sports qui se disent
violents, on n'a pas le visage abîmé. C'est vrai qu'il me
manque des dents, je dois avoir un QI en dessous de la
moyenne, je dois m'exprimer comme un homme des
cavernes… (Il éclate de rire). Je crois que non, c'est du cliché.
Derrière ces sports, il y a une hygiène de vie, de très
grandes valeurs. Quand on voit des gens mettre un coup
de boule sur une autre personne au lieu de le mettre dans
le ballon, c'est lamentable ! (rires)
Pourquoi les médias n'ont pas parlé de toi ?
Je pense qu'il y a une certaine jalousie vis-à-vis de moi…
Tu ne penses pas plutôt que c'est dû à une
peur du free-fight ?

Non, mais si ça avait été un petit
blanc qui faisait ça cela aurait été différent.
Quelque soit ta couleur, le fait de dire que ton relatif anonymat est dû à ton teint de peau, c'est un peu te
mettre en marge, non ?

Honnêtement je fais abstraction de
tout ça, que les gens m'adulent ou pas, j'avance. Ma vie
est faite ainsi, j'ai mes parents, ma famille, c'est ce qui
m'importe. Je ne suis pas là à me demander si les gens
m'aiment ou pas. J'ai appris à faire avec ce que j'ai et voilà.
Heureusement, j'ai eu la chance d'être bien encadré,
d'avoir un entourage qui m'a fait confiance et je n'ai pas
subi de discriminations. Mais cela existe. Le jour où je
génèrerai autant d'audience que n'importe quelle personne,
là on viendra vers moi sans regarder ma couleur.
Tu ne penses pas que c'est la discipline ?
Non, il y a des disciplines qui sont mises en avant parfois et
quand je vois le nombre restreint de licenciés, je trouve ça
ridicule. Je ne suis pas en demande, tu fais une couverture
avec moi, c'est toi qui es venu, parce que tu voulais souligner
cette performance. Je ne suis pas là à quémander et
cette démarche est identique avec tout le monde. Je ne
suis pas sauvage, je réponds, mais je ne vais pas vers les
médias. J'ai essayé auprès de certains organismes, aussi
bien sponsors que médias. Ce qui ressortait à chaque fois,
c'était la barbarie. En plus de ça, je suis noir, issu de banlieue.
Il y a pleins de clichés autour de ça et porter cette étiquette
ne m'intéresse pas du tout.
Tu es très populaire en Seine Saint Denis…
Oui, je suis considéré comme l'enfant du département
comme Jean Marc Mormeck, Kamel Amrane, Grégory
Choplin… C'est clair que je représente aujourd'hui le 93.
Tes liens avec Grégory Choplin ?
C'est la famille. On s'est connu quand il m'a mis une droite
au visage et que je lui ai dit : « Ecoute mon coco, si tu
continues comme ça, ça va mal aller. » Il m'a répondu : «
Ok, y a pas de soucis, je vais te pocher le deuxième oeil ».
Non je plaisante ! (il éclate de rire). Il m'apporte énormément
et quand on a des partenaires de talent comme
Grégory, on ne peut que progresser. C'est quelqu'un de
très intelligent et de très subtil.
Ton objectif par rapport à l'UFC ?
C'est de récupérer la ceinture, cela peut paraître arrogant
pour certains mais je suis venu pour ça. Je ferai le nécessaire
pour l'avoir et ce qui va avec, comme l'argent. C'est
clair que c'est un plaisir mais je ne suis pas là pour la gloire.
Qu'est-ce qui te manque par rapport à la ceinture ?
Deux grands combats maximum et le deuxième serait la
ceinture. Un combat de pré light et après la ceinture.
Tu dois être sollicité par les médias aux Etats
Unis ?

Oui, je suis sollicité aux états Unis, d'ailleurs je pars là-bas
pour des reportages, etc. C'est clair que ce n'est pas ici
que je suis le plus demandé.
J'ai vu Dorothée cet après
midi à la télé (ndlr émission
« Vivement Dimanche» avec
Drucker diffusée le 04
novembre), ça te parle ?

Dorothée ! Je lui en veux, elle est
partie, elle nous a laissé en plan. Je
kiffais, mes préférés c'était Corbier,
Jacky et Patrick Simpson Jones. Je
n'aimais pas trop Ariane. Maintenant ils ne mettent que des
trucs niais pour les enfants, elle s'est barrée avec tous les
bons dessins animés. J'aimais bien, même si parfois c'était
gros, comme avec Les Musclés. Il y avait un truc un peu
gaga.
On a souvent l'image du boxeur comme un
gars dur, comment es-tu avec les femmes ?

Regarde, je suis un dur à cuire, j'ai tapé Crocop et je te
parle du club Dorothée (il éclate à nouveau de rire) ! Je te
parle de Goldorak, Chapi-Chapo. Barbapapa. (Il commence
à chanter Chapi Chapo). Je respecte les femmes, c'est
la beauté, la sensibilité. Je donne énormément de respect
à la femme quelque soit ses antécédents.
Le mot de la fin ?
Les jaloux, vous allez continuer à tirer la gueule… Profitez
de la vie, il y a plein de choses à faire.


Cette interview provient du magazine en ligne 5styles, dont voici l'adresse : http://www.5styles.com/

 





Commentaires sur cette page:
Commentaire de casquette wati b, 17/10/2012, 04 04 39 (UTC):
Serious camaraderie foresees the requirements of many other besides extol it is very possess.
casquette wati b http://www.casquettehomme.com/

Commentaire de Nike Air Max 90 Pas Cher, 15/10/2012, 18 06 45 (UTC):
A good solid close friend probably are not somebody, except somebody are usually an absolute close friend.
Nike Air Max 90 Pas Cher http://www.nikerequin2013.com/

Commentaire de Rock, 21/12/2011, 02 02 55 (UTC):
I went to tons of links bfoere this, what was I thinking?

Commentaire de aczczsn, 23/11/2008, 17 05 19 (UTC):
2roOtW <a href="http://dhjkbilisneo.com/">dhjkbilisneo</a>, [url=http://sahykfynzkjm.com/]sahykfynzkjm[/url], [link=http://mtcmrdrzohjm.com/]mtcmrdrzohjm[/link], http://bkvgkcknngsm.com/

Commentaire de yjifqmhm, 23/11/2008, 13 01 44 (UTC):
D0lwGg <a href="http://lqmvfjxwvcpd.com/">lqmvfjxwvcpd</a>, [url=http://ifdsuwhutcpl.com/]ifdsuwhutcpl[/url], [link=http://knziljaxyiwd.com/]knziljaxyiwd[/link], http://kzmlsmdehtui.com/

Commentaire de brice2nice, 10/02/2008, 11 11 57 (UTC):
Cheick ton style est fluide et efficace, trés appreciable pour un lourd. Tu me fais rever dans l'octogone, bientôt la ceinture, même si ça va etre tres dur face à minautoro (qui risque de la garder longtemps sa ceinture)
WARRRRRRRR CHEICK !!!!!!!



Ajouter un commentaire à cette page:
Ton nom:
Ton message:

 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=